Home » BOUILLON FRANÇAIS » Le Sport Russe dans la Tourmente

Le Sport Russe dans la Tourmente

Après les révélations de dopage organisé en Russie, la Fédération Internationale d’Athlétisme (l’IAAF) vient de déclarer que les athlètes ‘’non corrompus par le système russe’’ pourraient concourir aux Jeux Olympiques de Rio sous couleur neutre.

Le dopage et la Russie : une longue histoire

Le dopage d’athlètes lors de grandes compétitions internationales n’est pas une chose nouvelle. Pourtant, cette pratique semble avoir le vent en poupe en Russie depuis maintenant quelques années.

Les scandales se succèdent donc à vive allure : en 2014, l’ancien directeur du laboratoire russe d’antidopage avoua que de nombreux médaillés russes s’étaient dopés lors des J.O de Sotchi. Ioulia Stepanova, ex-championne olympique du 800 mètres, dénonça elle aussi le dopage de nombreux athlètes olympiques russes la même année. De même, l’Agence Mondiale Antidopage (l’AMA) révéla qu’un vaste système de dopage avait lieu en Russie en Novembre 2015. Et en février dernier, deux anciens dirigeants du bureau d’antidopage Russe qui s’apprêtaient à publier leurs mémoires décédèrent à onze jours d’intervalle de morts mystérieuses.

Le plus récent rapport de l’AMA, paru il y a deux semaines, suit une logique similaire et dénonce qu’il existe «un haut niveau de collusion parmi les athlètes, les entraîneurs, les médecins, les officiels et les agences sportives pour fournir de façon systématique aux athlètes russes des produits dopants afin d’atteindre le principal objectif de l’Etat : produire des vainqueurs.».

Malgré ces accusations, les preuves reliant directement le système de dopage au gouvernement russe actuel sont assez minces. Une telle organisation démontre pourtant que l’univers du sport russe est lui aussi grandement influencé par l’idéologie Poutinienne.

Sport et Puissance

Depuis sa prise de pouvoir au début des années 2000, Vladimir Poutine a cherché tant bien que mal à redresser le système et l’économie russe afin que son pays retrouve sa splendeur d’antan et qu’il puisse s’imposer en tant que grande puissance mondiale. Pour arriver à ses fins, il a employé divers stratagèmes qui pour la plupart nécessitaient l’usage de force brute. La Russie annexa donc la Crimée en 2014, intervint en Syrie fin 2015, et les forces armées russes sont depuis présentes aux frontières de l’Ukraine.

Le sport a aussi permis à Poutine de témoigner de la grandeur russe lors de certaines occasions: les Jeux Olympiques de Sotchi étaient à eux seuls une démonstration de force de part le budget et la logistique déployés dans leur réalisation (37 milliards d’euros).

Le dopage organisé chez les athlètes russes s’inscrit dans une telle dynamique : une vitrine emplie de médailles permet(-trait) à la Russie de rayonner sur le devant de la scène internationale et de prouver au monde qu’elle possède encore son rang de grande puissance, comme au temps de l’URSS.

Pourtant, les révélations de l’AMA et la suspension potentielle des athlètes coupent court le désir de Poutine de voir sa Russie s’imposer en tant que grande puissance du sport. Cela s’ajoute aux différents revers auxquels son pays doit aujourd’hui faire face: le renouvellement des sanctions européennes, le départ des investissements étrangers et la chute du prix du pétrole. Poutine semble donc s’enliser dans une impasse, de laquelle il ne parviens pas à se dépêtrer malgré ses nombreuses ruses.

– Léo-Paul Jacob

Image License: Commercial Use Permitted

About Leo-Paul Jacob

Check Also

The Hopeful Few: Ambitious Countries Fighting Climate Change

Almost a year ago, world leaders agreed on a common goal for climate change in the ...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *