Home » BOUILLON FRANÇAIS » Le Bluff de Vladimir Poutine
13383525_1104722049594932_639733278_o

Le Bluff de Vladimir Poutine

Le principe du bluff au poker est simple : il suffit de jouer comme si l’on possédait un meilleur jeu que celui qu’on a réellement, avec pour but de faire flancher ses adversaires et de remporter la partie. C’est à une telle stratégie que s’attelle Vladimir Poutine depuis maintenant plusieurs années, avec pour ambition de ramener la Russie au-devant de la scène internationale en tant que grande puissance. Poutine parviendra à ses fins lorsque la Russie redeviendra un pion capable de dominer l’échiquier international, que l’OTAN et les États-Unis ne pourront négliger. Néanmoins, le gouvernement russe aura du mal à compléter ses objectifs s’il continue sur sa voie actuelle. 

Puissance 

Si la Russie possède aujourd’hui une importante force militaire, c’est grâce aux réformes introduites par le gouvernement de Vladimir Poutine suite à la guerre de Géorgie en 2008. Ces dernières ont pour objectif de moderniser l’armée Russe et de la transformer en force mobile capable d’intervenir rapidement dans les régions avoisinantes. Ces transformations reviennent à environ 700 milliards de dollars à l’état et auront lieu jusqu’en 2020.

Un désir de renaissance

Vladimir Poutine a choisi d’utiliser une stratégie militaire agressive pour ramener son pays au devant de la scène internationale et pour l’imposer en tant que grande puissance, capable de s’opposer aux États-Unis, à l’Europe et aux pays de l’OTAN. Ces derniers furent pris de court par l’intervention Russe en Ukraine et après l’annexion de la Crimée en 2014. Poutine récidiva l’année suivante lorsqu’il donna son soutien au dictateur Bachar el-Assad, afin de combattre les rebelles Syriens. Les États Unis et les pays Européens mirent du temps à réagir dans ces deux situations, démontrant la capacité de Vladimir Poutine à s’imposer sans mal face au reste du monde.

Aujourd’hui les forces russes continuent de rappeler leur présence par de nombreuses incursions aériennes ou maritimes dans les espaces internationaux, et par des déploiements militaires non loin de l’Europe. Selon le Président de Comité militaire de l’OTAN Petr Pavel, les russes cherchent à montrer aux pays avoisinants que «Nous pouvons, donc nous faisons».

Pourtant, si l’on fait abstraction du plan militaire et que l’on porte son attention sur d’autres tableaux, l’économie déclinante russe ainsi que son système politique défaillant l’empêchent toujours et encore d’obtenir son grade de grande puissance tant désiré.

Des failles économiques et politiques

Au vingt-et-unième siècle l’économie a pris le pas sur la seule force militaire, et est devenue la caractéristique première de toute grande puissance. La Russie a quant à elle une frêle économie qui doit aujourd’hui faire face à de nombreuses embûches, tels que les baisses des prix du pétrole, le vieillissement de la population, le départ des investissements étrangers ainsi que les sanctions économiques de l’Ouest. Ces facteurs, alliés à la corruption du système politique et au faible état de droit présent dans le pays, ainsi qu’à la présence de nombreux monopoles appartenant à l’État, empêchent la Russie de retrouver un taux de croissance annuel porteur. Actuellement ce dernier est bien bas et avoisine les -0,6%.

Jusqu’à maintenant, le gouvernement russe obtient une importante partie du soutien de son peuple grâce à sa politique étrangère. Or, si Vladimir Poutine veut faire face à la faible croissance russe et s’il veut continuer à appliquer sa politique étrangère coûteuse, il sera bientôt dans l’obligation de mettre en place une politique d’austérité. De telles mesures mèneront surement à une perte de popularité qui, alliée au désenchantement croissant du système politique, pourrait causer l’implosion de ce dernier. Si le gouvernement veut éviter une telle éventualité, il doit impérativement libéraliser le régime actuel, tant sur le plan politique que sur le plan économique, ce qui permettra surement à la Russie de retrouver une croissance normale dû à ses nombreux atouts économiques.

Fin de partie

Un joueur qui bluffe au poker peut remporter la partie seulement s’il parvient à convaincre ses adversaires qu’il possède d’excellentes cartes durant toute la durée du jeu. Vladimir Poutine ne pourra mener à bien une telle stratégie, car son économie défaillante et son système politique rouillé laisseront tôt ou tard paraître des failles grandissantes dans sa politique étrangère, l’empêchant alors de bousculer l’ordre mondial et de rivaliser avec l’OTAN et les États-Unis. Seules d’importantes réformes politiques et économiques lui permettront d’inverser la donne, et d’enfin affirmer la Russie en tant que grande puissance au-devant de la scène internationale.

 

– Léo-Paul Jacob

Image License: Commercial Use Permitted

About Leo-Paul Jacob

Check Also

DonaldTrumpPhone

Turning diplomacy on its head: The UN in the Trump era

Upon his recent inauguration on the 20th of January 2017, President Donald J. Trump has ...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *